Catégories de douance


Le QI
 

 

Je me trouve être opposé à la notion de Quotient Intellectuel. En effet la science rencontre moultes difficultés à définir d’une façon dénuée d’inexactitudes; ce qu’est l’intelligence, il est donc à mon humble avis, étrange et un tant soi peu irrationnel de prétendre la mesurer avec exactitude. Sans oublier que ce simple outil de diagnostique est important (mais complémentaire) en ce qui concerne le diagnostique de la Douance, mais seulement au sein d’une relation test-psychologue (ou psychiatre), qui prête principalement attention à la façon de traiter de l’information au cours de l’épreuve. Celle-ci n’a qu’un seul objectif, comprendre les spécificités liés au fonctionnement intellectuel du patient HPI (au sein de ce contexte). Chose qui ne se base d’aucune façon sur la "fioriture" qu’est le résultat chiffré (doté d’un degré d’inexactitude potentiel, d’une importance non-négligeable). D’autre outil de diagnostiques sont bien évidemment utilisés. L’opinion cité ci-dessus s’ancre dans un méandre de vérité, si j’ose dire, quand on prête attention au fait que les tests de QI (je fais allusion aux tests utilisés de façon standardisé et exclusif, selon la tranche d’âge) établissent un résultat chiffré, grâce à un étalonnage qui se base sur des statistiques de passation du test, concernant, 2.1 % de la population (pour la plage d’ajustement non-optimal), et 0.13 pourcent (pour la plage d’ajustement non-optimal). Autant dire que le QI à ce niveau de la courbe de Gauss, est une donné TRES relative. Sans oublier que l’étalonnage est établi par le biais d’échantillons d’individus (généralement 1000), représentatifs de la population globale. 

Humblement donc, je vous prie de cesser de prêter uniquement et surtout attention à votre résultat chiffré, étant donné le fait que la donnée est vraisemblablement TRES relative. Il apparait donc que l’utilisation du test en tant que simple outil de diagnostiques des rouages du fonctionnement intellectuel d’un HPI (dans ce contexte), est bien plus censée, (quoique constitué de quelques lacunes conceptuelles). Cependant être atteint de douance selon les textes officiels sur le sujet, n’est pas être doté d’un mode de raisonnement arborescent, et se trouver associé selon l’intensité de l’incompatibilité "relative", scolaire et sociale, à une des deux plages cités précédemment ; mais étonnamment avoir simplement plus de 130 de QI. N’est ce pas un tant soi peut irrationnel d’accorder un rôle si important et décisive, à une notion si incertaine à ce niveau de la courbe ci-dessous ? Pourquoi ne pas prêter attention en priorité aux notions précédentes, en reléguant le test au rang d’indicateur « relatif » ? Ne serait-il pas de ce fait,  plus censé d’utiliser des tests de QI pour patient exclusivement atteint potentiellement de douance, doté donc d’un étalonnage plus fiable, à ces niveaux ? 
Cependant l’omniprésence de difficultés qui ne sont qu’autre qu’angoisses, inhibitions intellectuelles, dépression ente autre, chez bien des patients HPI au moment du test, engendre l’incapacité d’obtenir un résultat suffisamment fiable, pour être un tant soi peu représentatif.Certes la notion des plages d’ajustements de douance est bien jeune et peu diffusé, mais avant-gardiste. Elle constitue une nette avancé en la matière. Il suffit simplement d’être atteint de douance, ou d’y être confronté soi par des connaissances solides en la matière, ou encore par des proches atteint de cet atypisme, pour ce rendre compte que la notion est indéniablement fiable. Il n’y a nul besoin d’effectuer des recherches scientifiques poussés en vu de valider son exactitude, tant l’évidente véracité de l’élément saute aux yeux. La notion peut donc être assimilé à un amalgame d’axiomes.

                

Ajustement Optimal et Ajustement Non-Optimal
 

Une donné dont fiabilité est vraisemblablement certaine (à condition d’être HPI), est donc votre appartenance à l’une des deux sous catégories de l’extrémité droite de la courbe de Gauss (courbe de la répartition des différents QI). N’oublier pas qu’être concerné par mes précédents dires, signifie que vous êtes constitué d’un QI supérieur à 130.
Cette classification de la Douance s’effectue par le biais de sous-catégories, établies selon la conjoncture scolaire et sociale et les manifestions liés à celle ci, de l’unique point de vu des caractéristiques. Notion  facilitant l’auto-diagnostique, ne comprenant guère d’incertitudes, sous réserve d’être objectif. Une fois la classification de votre personne effectuée, des solutions appropriées se présente à vous... 

NB : Si l’objectivité ne vous constitue guère, il est préférable de faire appel à une personne compétente en la matière et objective. Action permettant l’analyse efficace et fructueuse de votre mode de fonctionnement, en usant de la notion, sujet de ce texte. 

 _ A la catégorie nommé "ajustement optimale", correspond une possibilité d’adaptation au  système scolaire et social relativement aisée. Certes le haut potentiel intellectuel engendre  un ressenti d’incompatibilité « relative », peu exacerbé. Mais le système scolaire tel qu’il est  peut être source d’excellence et satisfaire l’appétit intellectuel, après la phase quasi  autonome d’adaptation du même ordre. Des agissements concernant l’adaptation sociale, de  difficultés similaires, engendre un résultat tout aussi satisfaisant sur ce plan.

 _ Cependant à la catégorie nommé "ajustement non-optimale" correspondant à des cas  bien plus atypiques (approximativement, 1 individu sur 1000). L’appartenance à cette  catégorie engendre un degré d’incompatibilité « relative » (ce qui sous-entend qu’il n’est pas  impossible d’y palier), d’ordre social ainsi que scolaire, des plus exacerbé (par rapport à la  plage d’ajustement optimal). Sur le plan scolaire des aménagements lié au mode  d’enseignement s’avères même nécessaire. Pour le registre sociale une réelle remise en question dogmatique ainsi qu’un omniprésent soutient externe est requit pour passer outre ce décalage, action permet tant de se délecter de tout contact sociaux, sans que l’élévation intellectuelle de l’individu qui n’est qu’autre que l’interlocuteur rentre en ligne de compte. En effet nous somme certes différents, mais l’adaptation au monde tel qu’il est s’avère cruciale, dans l’unique but de ne guère se marginaliser, afin d’être tout à fait apte à s’abreuver d’une manière des plus jouissif, de notre existence, qui peut être d’une richesse incommensurable. 

 


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire