Mode de raisonnement




Les personne atteinte de Douance (surdoué), on un mode de traitement de l’information bien différent de 98% de leurs contemporain.
Caractéristique nommé simplement et uniquement différence, qui engendre discoradance sociale et scolaire. En ce qui concerne ce dernier
élément le mode d’enseignement et bien évidemment adapter à la grande majorité des éléves, ceux ci use uniquement d’un mode de
fonctionnement intellectuelle nommé séquentielle.
Quant aux éléves atteint de Douance, ceux-ci fonctionne par le biais d’un système intellectuel nommé raissonnement en arborescence.Cette
simple différence d’ordre analytique engendre ces difficulté scolaire et sociale.

(Le niveau d’intensité de ces diffilculté ainsi que la facilité d’y palier, dépend de l’appartenance à l’une des deux sous catégorie de l’extrémité
droite de la courbe de Gauss. Nommé en l’occurence, ajustement optimal, oû ajustement non-optimal.



                                                                                             

                     Explications concernant ces modes de raisonnements intellectuels, radicalement différents:


   Pour rendre explicite mes précédents dires, la communiquation d’une analyse complète de ce que sont les modes de raisonnement séquentiel
                                                                      ainsi qu’en arborescence, s’avère néccesaire :


                          Voici des exemples, qui définissent plus efficacement la notion, que de longues analyses textuelle :

                                                                                                       ***

 Mode de raisonnement séquentiel (98% des élèves).

En ce qui concerne un calcule A dont la réponse est D, et la marche à suivre représenté par B et C. Un individus constitué de ce mode de
raisonnement, procédera de la sorte :

                                               

Conclusion:

Donc en résumé, une telle personne sera en mesure d’expliciter sa production, car elle aura fait le calcul en suivant la marche à suivre, ainsi
que de manière consciente en ce qui concerne le raisonnement.

 


 
Mode de raisonnement en arborescence :

(Je vais aussi citer un exemple, afin d’expliquer le terme de manière efficace).

                                                                                                  ***

Toujours en ce qui concerne le même exercice, à savoirs :

Un calcul A dont la réponse est D, et la marche à suivre représenté par B et C. Une personne constitué de ce mode de raisonnement,
procédera de la sorte :

       

Conclusion :

Donc en résumé un tel individu ne seras pas toujours en mesure d’expliciter sa production. En effet, la plupart du temps, ce mode de résolution,
s’applique uniquement aux calculs particulièrement complexes. 

Sans oublier qu’un tel mode de fonctionnement intellectuel s’applique à toutes les  formes d’analyses, peu importe leurs natures. Ce qui sous
entend que pour expliciter un sujet, un "HPI" fera parfois appel à des éléments radicalement éloignés donc différent du point de départ, mais
bien évidemment lié à celui-ci. Ou pourra rencontrer quelques difficulté à faire part des rouage de son cheminement analytique.



L’accéssibilité analytique nommé "l’entonnoir analytique"

Un individu fonctionnant par le biais d’un mode de raisonement en arborescence, peut être dérouté par un tout autre atypisme de fonctionnement,
que celui cité précédemment. 

Celui-ci d’une manière un tant soi peu méthaphorique se nomme "l’entonnoire analytique".  La conséquence de cette spécificité est la suivante:
la capacité de comprendre des éléments hors de porté de la majeures partie des personnes de la même catégorie age, mais l’impossibilité
(relatives, tout dépend du contexte) de saisir des notions que la quasi intégralité de la population d’une tranche d’âge équivalente est apte à
comprendre. Chose quelque peu préjudiciable, notamment au sein d’un contexte purement scolaire.
Bien évidemment ces dires sont étayer par mon expérience personnelle, ainsi que par le biais de diverses sources sûr, tel que les dires d’une
psychologue spécialiste en la matière.

Pour exprimer ces dires de manière concrête voici un exemple personel: "en mathématique de niveaux seconde (première année de lycée),
je peine à comprendre une multitudes de notions, chose qui à aboutit à une moyenne d’environ 7/20. Cependent j’arrive à comprendre aisément
et pleinement des notions de physique quantique de niveau université. Sans oublier que je ne peine guère à m’en délécter, contrairement aux
notions de seconde (d’ordre mathématique, toujours)".

Cependant cela est handicapant est constitue une porte ouverte aux idées preconçus. Voilà pourquoi je tient à souligner que par
le biais d’un apparent paradoxe, est en réalité dissimulé habilement, si j’ose dire, une caractéristique tout à fait normale de ce
que l’on nomme Douance.




3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

×