test de QI

La seule méthode efficace connus à ce jour, en ce qui concerne le diagnostique de la douance, est le test de QI ou quotient intellectuel.
En effet celui-ci, est doté d'une marge d'erreur particulièrement faible. Il est aussi crucial d'avoir connaissance, que le Qi lors d'un test
ne peut en aucun cas être surévalué, mais au contraire sous-évalué. Je m'explique, le résultat à un tel test, dépend bien entendu de la
véritable efficience intellectuel, mais aussi d'une multitude d'autres facteurs, influant la note finale, tel que la fatigue, une éventuelle
dépression nerveuse, la nervosité, ou encore l'inhibition intellectuel, qui est une forme de renoncement des capacités réversible,
qu'une personne surdoué peut avoir contracté, etc.
 

Mais qu'est ce qu'un test de QI, exactement ?

Une telle "épreuve", n'est en aucun cas une expression mathématique, définissant le degré d'intelligence d'un individu de manière dénué
de marge d'erreur, déterminant par voie de conséquence une "quantité précise", concernant l'intellect de celle-ci.

Mais au contraire, un tel "examen", a pour principal but de comparer par le biais d'un score, le mode de fonctionnement intellectuel d'une
personne vis à vis de la moyenne de QI, associé à sa tranche d'âge. Donc le terme "expression du mode de fonctionnement intellectuel",
par le biais d’un quotient; me paraît plus approprié pour définir cela. En effet celui-ci n'est en aucun cas en corrélation avec le terme
suivant : "mesure de l'intelligence", qui n'est bien entendu point véridique.

Je tiens aussi à signaler que l'évaluation du potentiel intellectuel d'un sujet, ne peut en aucun cas se faire grâce à cette seule méthode.
En effet agir ainsi, serais dénué de pertinence, car pour définir de manière objective, l'élément cité précédemment, la prise en compte d'une
multitudes d'autres facteurs, tel que les éventuelles difficultés rencontré d'ordre aussi bien scolaire que sociale, ou encore les réalisations
de diverses natures dont la personne concerné est à l'origine, etc. ; s'avère crucial.
 


Il y a-t-il, une courbe de moyenne, qui résulte des innombrables test de QI, qui on été passés ?

Oui, il en existe bien une. Elle se nomme courbe de Gauss. La voici :

 

 

Celle-ci révèle, que le QI moyen si situe au alentours de 100, dont la variation normale est de l'ordre de 15 points. Il est aussi important
de signaler, toujours selon la courbe, qu'il y a 2.3 % d'individus ayant moins de 70, ainsi que 2.3 % ayant plus de 130.

Donc par conséquent, un QI de 150, indique que 16 % des « pairs », de la personne concerné, ont un QI supérieur au sien,
symétriquement un QI de 85, sous entend, que 16 % des "semblables" de l’individu auquel cette valeur est associé, ont un QI inférieur
au sien.

 

Le QI est-il immuable ?

Le QI réelle, qui n'est par forcément celui révélé par le test, s'avère particulièrement stable au cours d'une vie. Il ne peut donc en aucun
cas varier. A condition de ne point avoir des conduite à risque, telle que la consommation de drogue ou encore d'alcool
(à outrance dans ce cas), qui peuvent avoir des conséquences irréversibles, sur celui-ci.
 

Le QI est-il innée ou acquis ?

La réponse à une telle question, se voit être difficilement formulable de manière objective. En effet, celle-ci dépend avant tout des
dogmes philosophiques, dont le rédacteur l'article est doté, est qui sont donc à l'origine d'un mode de vision de ce sujet qui lui est
spécifique. Tout cela résulte des connaissances scientifiques, au sein de ce domaine, qui en sont à leurs balbutiements. 

Cependant, je vais tenter d'être le plus objectif possible, en ce qui concerne mes prochains dires. Pour ma part, en me basant bien
entendu sur les maigres ressources scientifiques qui sont à ma disposition, ainsi que ma doctrine sur le sujet, qui m'est spécifique car
engendré par des dogmes philosophiques dont je suis à l'origine, je tient à le signaler:

La valeur du QI, où plus exactement le niveau du potentiel intellectuel, dont un individu est doté, dépens à mon sens, de deux principaux
facteurs: les prédispositions génétiques dont il est doté, ce qui sous entend que cette valeur a éventuellement une origine héréditaire,
ainsi que l'environnement psychoaffectif, influant sur le développement, donc par voie de conséquence les manifestations, du potentiel
intellectuel. 

Sans oublier, au risque de radoter, que mes précédents dires sont basés sur un mode de vision du sujet qui m'est spécifique, dont
qui ne saurait en aucun cas, garantir l'exactitude de ceux-ci.

 

Le QI permet t-il de présager, la futur réussite d'un individu ?

En aucun cas, en effet les tests de QI, n'ont qu'un seul objectif, définir si les difficultés rencontré par un sujet, ne sont point lié à une
éventuel différence, liée au mode de fonctionnement intellectuel de celui-ci. Donc tout cela sous entend, que par le biais de cette épreuve,
on ne peut en aucun cas présager, la nature ainsi que le degré de positif, de la futur vie aussi bien social, que professionnel, ou encore
personnel, d'une personne.
 

Un QI "hors norme", peut-il être une source de souffrances ?

A mon grand désarroi, oui. En effet les personne présentant un tel QI (en dessous de 70 et au delà de 130), présente un mode de
fonctionnement intellectuel, radicalement différent de la norme. Ainsi, une certaine incompatibilité, vis à vis du monde aussi bien scolaire,
que social ou encore professionnel, en résulte.

En dessous de 70, les sujets sont en général orienté vers des filières d'éducation spécialisé, qui leurs proposent un enseignement adapté.

Au dessus de 130, les individus, fonctionnent par le biais d'un mode de raisonnement intellectuel radicalement différent, de celui dont
leurs pairs sont dotés. Sans oublier qu'en France, à ce jours, aucunes mesures appliquées dans l'ensembles des établissements scolaires,
ayant pour but de palier à l'inadaptation aussi bien scolaire que sociale, donc par voie de conséquence à assurer leur épanouissement,
n'existe.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

Jacline
  • 1. Jacline | 07/06/2011

Bonsoir et merci pour votre site,très explicite et conscis. Nous venons de découvrir,mes enfants et moi,que
notre QI dépassait la norme...lol! Et ce n'est pas une mince affaire à mon age: j'ai 44 ans. Mes enfants l'ont
intégré comme une "information" mais pour moi, cela est beaucoup plus difficile. Il en résulte un mal de vivre,
une impression de n'avoir jamais été comprise,ni par ma famille,ni par mon mari,puisqu'aujourd'hui,nous sommes
séparés. Avec tant bien que mal, j'ai repris des études,afin de travailler dans un domaine qui me plait. Mais je vous
avoue que c'est dur. très dur, d'apprendre que l'on n'est pas du tout la personne que l'on croyait etre. Je me bats
tous les jours pour me comprendre,je suis hypersensible,et c'est difficile à gérer,toujours en décalage vis a vis des
autres. Un sentiment immense d'incomprehension.Donc, je n'en parle jamais. Seulement avec mes enfants. merci
pour ce site,on l'on peut enfin avoir la parole. Merci.

genevieve lehoux
  • 2. genevieve lehoux (site web) | 18/04/2011

j'ai lu plusieurs articles de votre site, et mon fils correspond bien à ce que vous racontez . Il a été harcelé par ses camarades de 6 ème , il était dans le privé dans une classe à haut niveau . Je l'ai changé d'établissement et rapatrié sur le collège de notre village pour qu'il passe le moins de temps à l'école par contre c'est une classe "normale" . Avec les élèves , il n'a pas d'atomes crochus mais ça peut aller , mais voilà en privée , il a appris une méthode en maths qu'il considère meilleure et s'entête à la faire . Résultat la prof de maths a décidé de le formater à sa méthode et c'est la guerre . De plus il s'ennuie en classe et n'y trouve plus aucun intérêt et malgré un accord entre nous 2 , 1 jr de décharge par mois pour souffler , je me demande comment on va finir l'année . Est ce que lui faire passer les tests de QI va lui apporter quelque chose ? Et comment va t'il les prendre s'ils ne sont pas ce qu'il en attendait et quels usages , je peux en faire auprès de l'école ? bonne après midi

Ajouter un commentaire

×